Le Tiers-Lieu, qu’est-ce que c'est?

Il ne s’agit pas d’un endroit où les bottes de sept lieux nous emmèneraient ni d’un territoire inconnu cité à la va vite dans un des tomes du Seigneur des Anneaux mais d’un endroit se trouvant entre la maison et le lieu de travail, d’où le terme « Tiers » qui signifie troisième en latin.
Il combine deux aspects positifs des autres lieux fréquentés : le confort du foyer (convivialité, échanges amicaux, …) et un environnement propice au travail avec un matériel opérationnel à disposition.


Mais comment ça marche ?

Prenons quelques cas pratiques :

 

1- Le CoWorking

samiaetyvonne

Samia, 27 ans, est graphiste. Elle travaille seule chez elle depuis un an et malgré sa rigueur et son affaire florissante, elle ne parvient pas à être aussi productive qu’elle le voudrait. Peut-être le fait de passer ses journées de travail seule, sans parler à qui que ce soit et n’avoir de retour de personne d’autre que ses client-e-s.
Un soir où elle écume les réseaux sociaux, elle tombe sur la page Facebook d’un tiers-lieu.
Celui-ci s’articule en deux grands espaces : les bureaux (où se retrouvent ceux qui travaillent sur ordinateur) et le hangar (où travaillent la plupart des artisans). Ce tiers-lieu propose de payer un abonnement mensuel lui permettant de travailler quand elle le souhaite sur un poste de l’espace avec Wi-Fi et machine à café à portée de main.
Elle pourrait aussi utiliser la salle annexe pour se retrouver seule, recevoir des clients ou passer ses appels lorsque celle-ci serait disponible et rejoindre la cuisine pour retrouver tous les autres utilisateur-trices du tiers-lieu pour faire connaissance.
Elle se décide à sauter le pas.
Après des débuts un peu timides, elle finit par sortir de sa coquille grâce à Yvonne, 61 ans, artisane couturière désireuse de fonder son site internet pour partager ses connaissances en broderie et couture au plus grand nombre qu’elle aide chaque semaine à mettre en place en échange d’un cours hebdomadaire en atelier improvisé au bureau/plan de travail d’Yvonne ou au café associatif, à l’entrée du hangar, géré par des bénévoles soit les adhérents eux-même.

 

2- Le Télétravail

olivier

Olivier, 40 ans, travaille dans une entreprise productrice de logiciels de sécurité en réseaux depuis 16 ans. Il habite Charly dans le Rhône mais son lieu de travail se trouve dans le nord de Lyon, à 15 km, ce qui lui prend 2 heures de route aller/retour, tous les jours.
Lui aussi a rejoint un tiers-lieu disponible dans son village après en avoir entendu parler au dernier salon Préventica et s’être assuré auprès de son employeur de pouvoir faire du télétravail depuis cet endroit deux à trois fois par semaine. Enthousiaste, son entreprise a décidé de prendre en charge tout employé-e habitant dans l’agglomération de Charly, comprenant Vourles, Vernaison et Millery, leur octroyant un ordinateur portable et le remboursement de leur abonnement au tiers-lieu.
Cet investissement profite à tous.
Pour ce qui est d’Olivier, il dort une heure de plus par jour, est donc moins stressé et plus épanoui dans sa vie privée car il a désormais plus de temps pour profiter de sa famille et de ses amis.
Le tiers-lieu redonne vie au village, grâce aux activités proposées (concerts, conférences, expositions, ateliers informatique/bricolage/jardinage, …) auxquelles chacun peut participer, enfants comme adultes.

 

3- Le Tiers-Lieu agricole

anne_ismael

Anne, 31 ans, et Ismaël, 33 ans, sont maraîchers bio. Ils cultivent des plantes aromatiques, des fruits et des légumes depuis 4 ans. Ils souhaitent partager leur savoir-faire et leur passion au grand public. Ici, ce ne sont pas des bureaux ou un hangar partagé, mais des terres agricoles. Tous les ans, le couple accueille des « WOOFeurs », des volontaires venus aider le temps d’une période donnée dans les fermes biologiques en échange du gît, du couvert et bien sûr, du partage des connaissances.
En parallèle, Anne et Ismaël ont ouverts l’année passée, une ferme pédagogique pour accueillir le public, le sensibiliser au développement durable et valoriser les circuits courts. Tous le monde peut proposer des activités.

 

4- Le Fablab

bilal

Bilal, 36 ans, est professeur dans un lycée techno/professionnel en menuiserie.
Il y a 3 ans, il a découvert un FabLab (contraction de laboratoire de fabrication) dans sa circonscription. Lieu de partage de savoirs, d’outils et de machines à commandes numériques, Bilal a appris à utiliser ses derniers grâce à des formations pratiques.
Depuis, tous ses élèves volontaires ont pu bénéficier d’un cours pour utiliser la découpeuse laser et les logiciels informatiques qui permettent d’exécuter un projet avec cette machine.
Par exemple : La réalisation d’une maquette de meuble pour pouvoir visualiser leur design
avant lancement d’une série.

 

 

 

 

Pour résumer les tiers-lieux d’après ces exemples concrets : il s’agit d’une volonté de travailler autrement à une époque où la souffrance au travail est une réalité. C’est un cadre mêlant activité professionnelle et loisirs, travail collaboratif et alternatif, pour rencontrer, apprendre et partager.

Vous êtes intéressé-e par les tiers-lieux? Voici une carte répertoriant un grand nombre d'entre-eux. Il y en a sans doute un dans votre secteur.